Меню
Грамматика и лексика

désordre

Note préliminaire :  La notion de désordre, de pagaille, est extrêmement productrice de termes  familiers, tous péjoratifs, et tous très usuels,  dont la fréquence dépend surtout des habitudes  et des préférences de chacun.

 

le bordel

Le désordre le plus inextricable. Terme  d'une certaine verdeur. Vous avez foutu un bordel incroyable dans la  cuisine, tout est sens dessus dessous.  Plus personne veut rien foutre dans  l'entreprise, tout le monde s'engueule, c'est  le bordel intégral.
Dérivé :  bordélique Désordonné. Se dit d'une personne mal organisée, ou qui n'a aucun sens  du rangement : Philippe est assez bordélique, mais il s'en  sort tout de même très bien.  Le mot, créé dans les années 1950, est une  parodie des adjectifs savants en -ique.
Origine : Vers 1910 au sens de « désordre ».  Extension du sens conventionnel « maison de  prostitution ». 

le foutoir

Exprime une idée de « fouillis »  dont le mot semble s'inspirer :C'est incroyable le foutoir que c'est sa  chambre ! Une truie n'y retrouverait pas  ses petits...

Origine : Vers 1950. De l'équivalence foutoir = bordel, mais le mot a été ressenti à l'origine comme une resuffixation de fouillis.
le merdier. Une situation inextricable et   déplaisante. Terme assez grossier.
Si Natacha n'arrive pas assez tôt pour le  mariage, nous serons dans un beau merdier.
J'ai perdu les clefs de l'appartement et la  concierge est en vacances, c'est le merdier  total !
Au sens de pagaille épouvantable :  Vous allez me ranger tout ce merdier dans  votre chambre tout de suite !
Dérivé :  merdique Sous l'influence de  bordélique, variante à consonance « savante »  dans les années 1960 de merdeux : minable, laid,  sans réel intérêt.
On a vu un film merdique, hier soir :  Western...
Georges a un boulot merdique qu'il veut  essayer de quitter.
Origine : Vers 1930 (G. Esnault ne l'enregistre  qu'en 1951). Variation sur être dans la merde,  dans une mauvaise posture.

le boxon

Le désordre : Qu'est-ce que vous foutez dans cette  classe ? C'est le boxon ici.
Origine :  Années 1940. De l'équivalence avec  bordel au sens propre.

le bazar

La pagaille. Le mot est ressenti comme un  euphémisme de bordel. Il est d'un usage féminin  très courant. Vous allez ranger tout ce bazar dans vos  placards .
Origine : Vers 1920. Par équivalence de bordel,  renforcée par l'idée d'un magasin où l'on vend  de tout.

le souk

La pagaille. Usuel.
La chatte m'a foutu le souk dans mes  affaires.
Origine :  Vers 1960. PAR variation « arabisante »  de bazar et allusion au désordre apparent  d'un souk, « marché » en Afrique du Nord.

le bin's

La pagaille. Le mot est ressenti comme un  euphémisme de bordel et il est employé comme  tel par les femmes ou les gens qui répugnent à  prononcer des mots grossiers :  Excusez le désordre, les enfants ont mis  le bin's dans le salon.
Origine :  Vers 1960 dans ce sens. L'histoire de ce  vocable est curieuse. Créé dans l'armée comme une parodie d'anglicisme vers 1880 (G. Esnault le  relève chez les artilleurs en 1893), il désignait les  latrines, par troncation drolatique de « cabinets ».
On retrouve bin's dans les années 1950 chez les  élèves officiers au sens de « travail pénible, merdier ».

Copyright © 2010-2017 francaisonline.com - уроки для начинающих, бесплатно.